Au début des années 2000, le macaron est devenu la star des vitrines des grands  pâtissiers: Pierre Hermé, Ladurée, Gérard Mulot... 

De Saint Germain-des-Près aux Champs-Elysées, ce gâteau-bonbon devient un phénomène de mode dans l'univers de la pâtisserie.

Chaque pâtissier signe sa propre "collection" et présente ses créations dans de jolis écrins.

Le macaron-mode défile au gré des saisons et des tendances. On lui donne un nom, tel un bijou de créateur: 

l'Ispahan chez Hermé, l'Amaryllis chez Mulot...

Il se démocratise rapidement: il remplace le traditionnel chou à la crème sur les pièces montées de mariage, il est en couverture sur les catalogues de produits surgelés, certains traiteurs essaient des versions salées (peu concluantes)...

 

Lassée comme beaucoup de cette mode, j'ai surtout constaté que la qualité s'essoufflait, même dans les prestigieuses maisons citées plus haut. Trop de coques desséchées par une longue congélation, trop de ganaches au beurre lourdes et sucrées, aux saveurs complexes non-équilibrées.

 

J'ai retrouvé récemment le plaisir de manger des macarons, en découvrant l'Instant Boudoir à Tours, grâce à mon amie Marie.

Une fabrication quotidienne, aucune congélation: voilà la différence.

 

Quand Anthony David rencontre Stéphanie Conrard, il déteste les macarons.

Ce chercheur en robotique qui a travaillé au Japon et en Italie retrouve son Poitiers natal en 2011 et se reconvertit à la boulangerie. Il se forme pendant deux ans chez un artisan poitevin, au Fournil d'Elina. Il passe ensuite son CAP à Paris pour valider cette reconversion.

 

Stéphanie, sa compagne d'origine marseillaise, est autodidacte. Elle décide d'arrêter sa thèse en littérature du XVIIIème siècle pour se consacrer à sa passion pour les macarons. Elle fait de nombreux tests dans son studio parisien jusqu'à trouver "la" recette. Elle commence à commercialiser ses créations auprès de ses amis, puis à un boulanger de son quartier.

Elle rencontre Anthony en 2013 et ce dernier tombe amoureux de la belle et de ses macarons.

 

Les deux tourtereaux décident de s'installer à Tours au printemps 2015 après une visite coup de coeur de la ville.

Ils reprennent la boutique du pâtissier Fabrice Defoin, l'Alchimie, rue de la Victoire.

Au départ, Stéphanie et Anthony proposent une large gamme de pâtisserie, mais se dirigent rapidement vers

le mono-produit. Trop de temps et d'argent perdus, ils préfèrent se concentrer sur le chouchou des clients:

le macaron, vendu 1,20€ à l'unité.

Ils créent ensemble une quarantaine de parfums, des saveurs classiques aux plus insolites comme la banane fraîche, le lilas, ou encore la châtaigne.

Leur marque de fabrique: une ganache montée aérienne et peu sucrée, jamais de crème au beurre, des purées de fruits et des arômes naturels... Le "tant pour tant" des coques n'est pas tant respecté, car ici elles sont confectionnées avec plus de poudre d'amande que de sucre glace. Cette base de biscuit sera utilisée pour tous les parfums hormis celui à la noisette qui contient aussi de la poudre de noisette.

 

J'ai particulièrement apprécié le macaron au lait d'amande, avec ses arômes naturels d'amandes amères et douces.

La ganache est très peu sucrée et très rafraîchissante, et rappelle en douceur le goût d'amande des coques qui l'entourent.

 

Le macaron à la fleur d'oranger est aussi très rafraîchissant et léger, avec un arôme bio concentré et de l'eau de fleur d'oranger à la saveur discrète.

 

Le classique à la vanille est aussi très peu sucré, pour révéler la finesse de la vanille de Madagascar.

 

Celui au citron est préparé avec du vrai jus de citron 100% naturel, il est parfaitement équilibré entre l'acidité du fruit et la douceur sucrée des coques.

D'autres douceurs maison comme la guimauve ou les sablés glacés sont vendues en sachets pour compléter l'assortiment de macarons.

Une jolie gamme de tisanes artisanales et confits de fleurs de Touraine Il était une fleur est proposée.

(C'est la soeur d'Anthony, Marina David, qui a créé cette marque)

Parmi les excellentes limonades Fentimans, mention spéciale pour celle à la fleur de sureau et gingembre, vendue 2,90€.

Sur place on peut goûter une sélection de la maison de thé tourangelle Scarlett (3€), un chocolat chaud

maison avec sa chantilly  fouettée à la minute (3,60€), ou encore un jus de pommes Belles de Touraine à 3€.

Les macarons sont vendus 1,30€ l'unité quand ils sont dégustés sur place.

 

On peut remercier l'Instant Boudoir pour avoir redonné ses lettres de noblesse au macaron, grâce à la fraîcheur indéniable et aux parfums délicats de leurs créations...

 

L'Instant Boudoir

55 rue de la Victoire

37000 Tours

 

06 28 73 40 72

 

www.instantboudoir.fr

https://www.facebook.com/Linstant-Boudoir

 

Ouvert du mardi au samedi de 10h à 19h

 

Share on Facebook
Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now